• Part IX/ Minority report one to one [by Cyrille]


    Minority report/ One to One... <o:p />

    Note première en vu d'un récit circonstancié à <st1:personname productid="la Coll←giale" w:st="on">la Collégiale</st1:personname> sur l'avènement du Brest-Litovsk concept dite expérience Ingam/D :<o:p />

    Comme vous le savez Messieurs les Webyeurs, on m'appelle Coltovitckz. Cyrille Coltovitckz. Dans la profession, on me surnomme le Ruskof, rapport à ce patronyme qui semble tout droit sorti d'un roman de gare, tendance transsibérien...
    Mais ce n'est pas mon vrai nom. Marie Ingam le croit, tout comme Mister D. Elle croit aussi connaître mon père comme étant un éminent chercheur qui aurait longtemps officié pour les plus hautes autorités d'Anglosphère. Elle croit aussi
    travailler pour le Service Jardin secret. Elle croit que je peux sauver Mister D. Ah Ah, je me gausse... Parce qu'elle croit beaucoup de chose, Marie mais tout cela fait partie d'un plan concerté. Marie et Mister D vivent avec une Tschok-memory,
    bref, une mémoire implantée. Marie Ingam a été révisée la semaine dernière. Mister D hier. Depuis sa révision, Mister D se figure qu'il est doté d'un bloc autonome avec une prothèse oculaire interactive... je me marre tout rouge de nouveau. Quelle bande de naïfs. Les techniciens d'Autonome-Corp ont fait du bon boulot. Non seulement ceux-là ignorent tout de leur existence réelle mais ils vivent en prime une réalité virtuelle du genre angoissante. A côté de ce qu'ils ressentent les préhistomoovie de Dario Argento, Romero ou Hooper sont de la gnognotte. En ce moment par exemple, Marie Ingam croit tout bêtement que Mister D est en train de fondre. Et Mister D pense qu'il est au plus mal. <o:p />

    Marie a perçu une présence, la mienne bien sûr, mais à rebours... Elle pense que la porte vient de s'ouvrir et que mes atours rassurants annoncent un plan de sauvetage pour Mister D. Je l'entend répéter comme une poupée détraquée :
    « Doktor Coltovitckz, il faut sauver le soldat Decker... il faut sauver le soldat Decker »... Dans son cerveau répétitif, elle me voit avec tous les oripeaux du médecin... Ma blouse blanche de bon Sigmund Freud, mes novlectrodes de crash-Doctor, le stéthoscope en bandoulière, la meringue prête à injecter de la liqueur d'Amaryllis. Dans la conscience de Marie Ingam, seule une injection à base de liqueur d'Amaryllis peut encore sauver Mister D. La conscience Ingam
    est une conscience bien surannée mais elle n'y peut pas grand-chose, là encore, tout a été programmé.<o:p />

    Bref, en vérité avant même que Marie ne s'imagine que la porte venait de s'ouvrir, que je venais d'arriver, j'avais déjà pénétré dans l'intimité de Mister D depuis une bonne dizaine de minutes.<o:p />


    Tant que je ne parle pas, ils ne peuvent me voir. Mister D, lui est dans ses angoisses, des rêves burroughiens fait de câbles et de prothèses anthropophages. Il rêve aussi de communiquer avec Marie par œil interposé. Le plus drôle, c'est qu'ils sont bel et bien en train de communiquer. Mais bizarrement, pas de la façon à laquelle on pourrait s'attendre :<o:p />

    En ce moment, ils... Comment dire cela sans heurter <st1:personname productid="la Coll←giale" w:st="on">la Collégiale</st1:personname> :<o:p />

    En ce moment, ils... enfin, voilà... Ils copulent.<o:p />

    Cela arrive parfois quand le cocktail des drogues neuronales est trop puissant. Les yeux se croisent en un angle qualifié d'asymptométrique. Il se croisent mais ne se perçoivent pas. Bizarrement alors que les consciences sont totalement antagonistes, les corps se rapprochent dans une sorte de réflexe primal, sans doute du fait d'une réminiscence du cerveau reptilien. <o:p />

    Ce que je ne m'explique pas, c'est que nos deux tourtereaux sont couchés sur une sorte de lit végétal : en vérité, un gigantesque matelas de feuilles de menthe... Je me suis tétanisé. Pour la première fois, je me passe une main sur le front. Il est en sueur. <o:p />

    La présence de ce tapis de menthe est un présage pour le moins étrange et inquiétant. Un élément totalement
    anachronique si l'on songe que la menthe fraîche a disparu de la surface d'anglosphère depuis près de trente ans. <o:p />

    Hésitant entre plusieurs hypothèses, je n'ai pas entendu dans l'instant la sonnerie du Télétrakin de Mister D mais je l'ai vu se défaire de Marie et se mettre dans la position du tireur couché. <o:p />

    Mister D et Marie paraissaient aussi apeurés que des bêtes traquées. Je les ai calmé en leur injectant un tranquillisant à base de streptoco-strychnine.<o:p />

    Machinalement, je me suis précipité sur ce combiné. J'ai mis le vocal-Liser en marche.<o:p />

    Le timbre de la voix était celui d'une femme. Il était rauque. Il me fit défaillir. Ce n'était tout bonnement pas possible. La terreur avait pris le pas sur la raison.<o:p />

    A l'autre bout du trakin, j'entendais distinctement la voix de Louisebee Brook.<o:p />


    A suivre...
    <o:p />

    En négatif : le Docteur Colto en synthèse encépahlique tel que Marie Ingam et Mister D le perçoive après absorption de liqueur d'Amaryllis<o:p />





  • Commentaires

    1
    Dimanche 27 Novembre 2005 à 18:35
    Mais heuuu
    On l'a déjà lu çaaaaaaaa Doktor !!! Pis heu tu t'es gouré de rubrique ;-D. Bisous Cyrille. Ceci dit j'aime bien la photo. Mister D. est hyper négatif aujourd'hui !! Je te raconterais mes malheurs :-(...
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :